J’ai une question pour toi :

Tu préfères lire ou regarder une vidéo ? Et pourquoi ?

(Tu peux répondre directement à ce mail, je le recevrais)

Je me posais une question aujourd’hui (mais je pense que ça fait un moment que je me la pose) :

Est-ce que la lecture doit évoluer ?

C’est vrai, les textes qu’on lit reste assez similaire à ce qu’il y a avait avant. Sauf que maintenant on a internet.

Les magazines d’il y a 20 ans avaient les mêmes textes et les mêmes images que ceux d’aujourd’hui.

On est passé du papier à l’écran, mais rien d’autre n’a changé.

En parallèle, il y a eu l’explosion de la vidéo (YouTube, les story…)

La semaine dernière (ou il y a 2 semaines, je ne sais plus), il y avait la Keynote d’Apple, qui a présenté :

News+

Tu t’abonnes à 10€ par mois, et tu as accès à des magazines… mais adapté aux supports d’aujourd’hui.

Comme on ne lit plus sur du papier, mais sur des écrans, tu scroll pour faire défiler les pages.

Et les pages sont plus “vivantes” grâce à des images animées (du motion design).

Est-ce que ça va permettre de rendre la lecture plus attractive ?

Je ne sais pas.

Tu préfères lire ou regarder une vidéo ? Et pourquoi ?

Comment créer des produits qui plaisent ?

Il y a plein de manières de répondre à cette question, mais une des réponses pourrait être :

Il faut que les gens aient confiance en ton produit

Et ça passe par plusieurs choses :

  • La sécurité (est-ce qu’ils peuvent utiliser le produit sans avoir peur que l’on puisse accéder à leurs données ?)
  • La fiabilité (est-ce qu’ils peuvent utiliser le produit sans qu’ils aient peur qu’il tombe en panne ou qu’il fonctionne mal ?)

En clair : est-ce qu’ils peuvent être sûrs d’avoir tout ce qu’ils attendent de ton produit ?

Il ne faut pas que ton utilisateur ait une appréhension quand il utilise ton produit.

Il ne faut pas qu’il ait peur de ne pas arriver à faire ce pour quoi il a commencé à utiliser ton produit.

Faites-moi confiance, je me fais confiance

Internet peut permettre la démocratie et la décentralisation.

Mais on fait confiance à une entité parce qu’elle nous dit “faites-moi confiance parce que je me fais confiance”

On ne devrait pas faire confiance à quelqu’un parce qu’il se fait confiance.

On devrait faire confiance à un système qui ne permet pas la censure, la surveillance… de par la manière dont il est construit.

C’est beaucoup plus fiable qu’une personne qui peut mentir, se faire corrompre, faire une erreur ou changer d’idéaux.

On a la chance d’avoir la possibilité technique de construire quelque chose au-delà de tout contrôle contrairement à un humain. Alors autant en profiter.

La question finale de tout ça, c’est :

Est-ce qu’on veut que quelqu’un puisse décider pour nous ?

  • Quand quelques compagnies possèdent l’infrastructure (Free, SFR… en France) pour accéder à internet, on leur laisse la possibilité de décider à notre place de ce que peut et ne peut pas être internet.
  • Quand quelques compagnies possèdent la musique (les majors, Spotify, Deezer…), on leur laisse la possibilité de décider à notre place de ce que peut et ne peut pas être la musique.

Et on leur accorde cette possibilité par confiance.

Et on n’accorde cette confiance, juste parce que ces entités disent :

Faites-moi confiance, parce que je me fais confiance.

Ça revient à ce que le maire d’une ville demande à ses habitants “N’installer pas de serrure sur vos portes, vous me connaissez moi et mon équipe, on est des gens bien, on n’est pas des méchants”

Dans ce cas-là, si vous êtes des gens bien, vous ne verrez pas d’objection à ce qu’on installe des serrures sur nos portes. (et non, je ne vous connais pas).

Nous sommes des cyborgs

À partir du moment où la technologie est une extension d’un être humain, ça devient un cyborg.

Et c’est déjà ce que l’on est.

  • Quand on veut noter une idée, on prend notre téléphone et on la note. La mémoire du téléphone (ou le cloud) devient une extension de notre cerveau.
  • Quand on veut demander quelque chose à une personne qui n’est pas à côté de nous, on prend notre téléphone et on envoie un message. Notre téléphone devient une extension de notre moyen de communication.

Nous sommes des cyborgs.

Notre smartphone et toute notre utilisation numérique sont une extension de notre personne.

La question à se poser maintenant qu’on réalise ça, c’est :

Est-ce qu’on a envie que des entreprises possèdent des parties de nous ?

Parce qu’actuellement des entreprises possèdent des parties de nous.

Quand on communique sur Facebook, on confie une partie de nous à l’entreprise Facebook.

Quand on stocke des fichiers sur Google Drive, on confie une partie de nous à l’entreprise Google.

Est-ce qu’on a vraiment envie de confier une partie de nous à une entreprise qui a une totale liberté sur ce qu’elle peut en faire ?

Je suis en train de découvrir et plonger dans le travail de Aral Balkan, c’est un activiste des droits des cyborgs.

Il parle de tout ça de manière très claire. Il propose des solutions design et qui prend en compte les réalités du quotidien.

Je te laisse avec deux articles en français sur lui :

https://usbeketrica.com/article/small-tech-poison-silicon-valley

https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2482855-20190327-aral-balkan-activiste-pro-cyborgs-veut-finir-esclavage-20

Et son site internet :

https://ar.al/

La navigation privée

La navigation privée sur les navigateurs n’est pas vraiment privée.

Tu es toujours visible aux yeux des sites internet que tu visites.

L’historique est effacé, mais pas en “profondeur”, si quelqu’un cherche vraiment à faire réapparaître ton historique, il peut le faire avec un logiciel de restauration de données.

En fait, la navigation privée ressemble beaucoup plus à une navigation légère qu’à une navigation privée

Si tu veux en savoir plus, voilà un bon article.

Les portes

Un moyen de se faire connaître est une porte.

Il y a plusieurs portes qui sont disponibles à toi.

Tu peux utiliser celle que tu veux.

  • Tu peux utiliser la porte qui te permet de faire des interviews dans des médias.
  • Tu peux utiliser la porte qui te permet de créer des contenus viraux pour les réseaux sociaux.
  • Tu peux utiliser la porte qui te permet de faire ta pub sur des groupes Facebook et des forums.

etc…

Il y a tout un tas de portes qui te permettent de faire connaître ton produit.

Et toutes ne vont pas te convenir. Peut-être même que toutes celles qui te sont présentées ne te conviennent pas.

“Les 7 portes pour augmenter ton chiffre d’affaires de 300%”

Ou “Les 31 portes pour construire une audience rapidement”

…ne te plaisent pas.

C’est légitime. Tu as une certaine conception et ces portes ne sont pas compatibles avec ta conception.

Dans ces moments-là, on a envie de dire qu’on n’a pas besoin de marketing, parce que le marketing n’est pas compatible avec ce que l’on veut faire.

C’est le problème de l’artiste incompris.

Mais il ne faut pas voir les choses comme ça.

Il faut garder à l’esprit, que :

Tu peux fermer des portes. Mais il faut toujours en garder une d’ouverte.

Si pas de porte ouverte. Impossible de passer nulle part. Et donc impossible de te faire connaître.

Tu n’es pas obligé d’utiliser les portes qui te sont présentées. Tu peux en découvrir une.

Le groupe de rap PNL a fermé deux portes majeures :

  • Les interviews (ils ne font aucune interview)
  • Les featurings (ils ne font aucun featuring)

Ce sont deux portes qui sont extrêmement utilisées par les rappeurs pour se faire connaître. Et PNL a choisi de les fermer parce que ça n’était pas compatible avec leur conception.

S’ils en étaient restés là, ils ne se seraient jamais fait connaître.

Ils ont utilisé une nouvelle porte qui était cachée :

YouTube.

PNL apporte extrêmement d’importance à ces clips. Ils font de belles images et ils racontent quelque chose (et il y a souvent des détails cachés)

Vu que les clips sont aussi agréables à regarder, il y a du bouche-à-oreille qui se crée, les gens vont sur YouTube voire le clip, et ça fait des vues, ce qui permet à la vidéo d’être mieux référencé, du coup, des personnes découvrent les clips grâce aux recommandations YouTube, et ça fait du bouche-à-oreille, et encore plus de vues etc…

C’est un effet boule de neige.

Cette porte n’était pas exploitée, elle était cachée. Mais bien présente.

Si aucune porte ne te convient, trouve en une autre. Il y en a sûrement une de cachée quelque part qui va te plaire.

Le futur des créatifs (et des ordinateurs)

Je ne pense pas que tout le monde va créer dans le futur.

Mais je pense qu’il y a plus de monde que maintenant qui va créer.

Parce que la création sera plus simple, plus accessible et carrément plus plaisante.

Et pour arriver à ça, il faut changer la manière dont on travaille, et pour changer la manière dont on travaille, il faut changer un gros composant :

Notre ordinateur

  • Il fait du bruit (quand on utilise un logiciel gourmand en ressource)
  • Il est lourd (s’il est portable, sinon c’est encore pire)
  • Il est encombrant (il a besoin au minimum d’une souris pour travailler)
  • Tout est petit sur l’interface.

Aujourd’hui on peut faire quelque chose de bien mieux.

On enlève les ventilateurs, on dégage le gros clavier, on jette la souris, et on fait une vraie interface agréable à regarder et à lire :

Tu as une tablette.

Les tablettes c’est un truc qui a super bien marché et puis qui c’est un peu essoufflé parce que les gens ne changent pas de tablettes toutes les 30s.

Le truc c’est que les tablettes sont restées à un état très brut.

Un écran tactile, un processeur, une interface qui s’adapte à la taille de l’écran et voilà ta dope.

C’est pas vraiment la meilleure manière de faire une vraie tablette. Avec une vraie expérience.

Ceux qui ont réussi à faire une vraie tablette pour l’instant, c’est Apple. Avec l’iPad Pro.

Un vrai bel écran, rapide, design, avec une vraie interface pour tablette, et de vraies applications comme Photoshop, Luma fusion, ou la suite Affinity.

Tu amènes partout une tablette, tu n’as pas besoin d’avoir un bureau qui lui est réservé.

L’interface d’une tablette ne pousse pas à être bordélique. C’est restreint et c’est un avantage.

D’ailleurs, pose-toi cette question : est-ce que je prends plus de plaisir à utiliser mon ordinateur ou mon smartphone ?

C’est léger et complètement silencieux en plus d’être rapide.

Si la tablette à si bien marché, c’est justement pour tout ça. Parce que dès qu’on se pose une question on peut la saisir et avoir notre réponse en quelques secondes.

Quand on est créatif, on n’a pas envie de laisser passer son inspiration parce qu’on n’a pas notre ordinateur sous le coude et une tablette peut être un bon remède à ça.

Tout se fait de manière beaucoup plus naturelle sur un écran tactile. On interagit avec des gestes. Pas avec un objet qui nous permet de viser quelque chose sur une interface.

Je pense que le prochain ordinateur des créatifs de ne sera pas un ordinateur, mais une… tablette.

Parce que la création sera plus simple, plus accessible et carrément plus plaisante.

(le prochain ordinateur des créatifs, mais aussi de plein d’autres personnes)

Pour compléter, voilà une vidéo de Léo Duff avec qui je partage la même vision :
https://www.youtube.com/watch?v=GTHkpY6z07o

Et une vidéo d’un mec qui essaye de monter une vidéo entièrement avec un iPad Pro : https://www.youtube.com/watch?v=-ZpsliNmJLo

La fin de la masse

Tu n’as plus le choix de regarder 10 ou 40 chaînes de télévision. Tu as le choix d’en regarder des millions.

Tu n’as plus le choix d’écouter 20 radios. Tu as le choix d’en écouter des millions. Et si tu veux seulement écouter une musique en particulier tu peux aussi.

Il ne faut plus essayer de faire des trucs qui plaisent à tout le monde.

Parce que tout le monde a le choix de ce qu’il veut. Donc personne ne va écouter ce que tout le monde écoute.

Il faut faire des trucs qui te plaisent toi. Et ça plaira à d’autres personnes comme toi.

Il y a 20 ans : Crée pour tout le monde.

Maintenant : Créer pour toi et ça plaira à d’autres personnes comme toi.

Basecamp est un bon exemple de ça.

Les améliorations, et le reste

Si tu augmentes ton expérience en tant que créateur, mais que ça n’augmente pas l’expérience de l’utilisateur, ça ne sert à rien de s’en réjouir publiquement.

J’ai souvent vu des entreprises qui enlever leur offre gratuite du jour au lendemain et qui faisait passer cette exacte même offre en payante.

Et certaines vont même annoncer publiquement qu’elles sont “excitées” par ce nouveau changement.

Et là il se passe toujours la même chose :

Avalanche d’utilisateurs mécontents.

Parce que ce n’est clairement pas une amélioration pour eux.

C’est une dégradation de l’expérience.

C’est une amélioration pour le créateur.

Pas pour les utilisateurs.

Si ça n’améliore pas l’expérience de l’utilisateur, alors ça n’est pas une amélioration.

Une amélioration pour l’utilisateur c’est :

  • Un produit qui correspond plus aux valeurs de l’utilisateur (plus écologique, plus transparent, avec une opinion)
  • Un produit qui répond mieux aux besoins de l’utilisateur (plus simple, plus sécurisé, plus accessible…)

Tout le reste (meilleure marge, infrastructure plus facile à maintenir…) sont des améliorations pour le créateur.

Ça ne veut pas forcément dire qu’il ne faut pas communiquer dessus. Ça veut juste dire que ce ne sont pas une amélioration pour l’expérience que vit l’utilisateur.

À toi de traiter une amélioration pour l’utilisateur comme une amélioration pour l’utilisateur et le reste comme le reste.

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu

Je t’envoie 1 mail chaque matin pour apprendre à créer une startup à partir de 0

  • 💶 Sans faire de levée de fonds
  • 👥 Sans cofondateur ou équipe
  • 🤖 Sans être développeur

Les mails sont 100% gratuits.
Tes données sont sécurisées et tu peux te désinscrire à tout moment.