Nous sommes des cyborgs

À partir du moment où la technologie est une extension d’un être humain, ça devient un cyborg.

Et c’est déjà ce que l’on est.

  • Quand on veut noter une idée, on prend notre téléphone et on la note. La mémoire du téléphone (ou le cloud) devient une extension de notre cerveau.
  • Quand on veut demander quelque chose à une personne qui n’est pas à côté de nous, on prend notre téléphone et on envoie un message. Notre téléphone devient une extension de notre moyen de communication.

Nous sommes des cyborgs.

Notre smartphone et toute notre utilisation numérique sont une extension de notre personne.

La question à se poser maintenant qu’on réalise ça, c’est :

Est-ce qu’on a envie que des entreprises possèdent des parties de nous ?

Parce qu’actuellement des entreprises possèdent des parties de nous.

Quand on communique sur Facebook, on confie une partie de nous à l’entreprise Facebook.

Quand on stocke des fichiers sur Google Drive, on confie une partie de nous à l’entreprise Google.

Est-ce qu’on a vraiment envie de confier une partie de nous à une entreprise qui a une totale liberté sur ce qu’elle peut en faire ?

Je suis en train de découvrir et plonger dans le travail de Aral Balkan, c’est un activiste des droits des cyborgs.

Il parle de tout ça de manière très claire. Il propose des solutions design et qui prend en compte les réalités du quotidien.

Je te laisse avec deux articles en français sur lui :

https://usbeketrica.com/article/small-tech-poison-silicon-valley

https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2482855-20190327-aral-balkan-activiste-pro-cyborgs-veut-finir-esclavage-20

Et son site internet :

https://ar.al/

👋 L’unique moyen d’avoir des…

nouvelles de moi, c’est de laisser ton mail ici.

Je ne suis nulle part ailleurs !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Fermer le menu

👋 L’unique moyen d’avoir des…

nouvelles de moi, c’est de laisser ton mail ici.

Je ne suis nulle part ailleurs !

Tes données sont sécurisées et tu peux te désinscrire à tout moment.