Les nouveaux sites pirate

timbre

Tu pirates des films, des livres etc…

Bref de la culture.

Et ça te permet d’accéder à un truc auquel tu n’as pas la tune d’accéder sans piratage.

Le piratage actuel délivre du prix.

La culture est de plus en plus accédé via des plateformes.

  • Netflix, Amazon, YouTube pour les films
  • Spotify, Deezer, Apple pour la musique

Autant d’entreprises qui collectent des données sur toi pendant que tu te détends, tu apprends, tu découvres, tu explores.

Est-ce que c’est pas terrifiant d’être espionné même dans ces moments-là ?

Pourtant, c’est le cas.

On collecte, on analyse ce que tu fais… avec tous les problèmes que ça comporte.

Et j’ai l’impression de voir un nouveau piratage apparaître pour solutionner ça :

Celui qui délivre de la surveillance.

Invidious est une sorte d’interface anonyme de YouTube.

Quand tu regardes YouTube à travers cette interface, YouTube ne te voit pas.

Il ne peut pas relier le contenu de tes recherches, les vidéos que tu as regardés, à toi.

YouTube sait juste qu’il y a telle vidéo qui a été visionné par telle heure par… quelqu’un, quelque chose (l’adresse IP d’un serveur)

Invidious te permet d’être isolé du contact direct avec YouTube qui est contaminé de trackers.

Tu peux voir, sans être vu. Une sorte de vitre miroir. Une personne voit ce qu’il y a derrière la vitre, l’autre ne voit qu’un miroir.

Nitter a le même rôle, mais pour Twitter.

Tu ne peux pas poster de message, mais tu peux visionner anonymement Twitter et c’est déjà cool.

Ce qui est bien, c’est que ces interfaces anonymes sont décentralisées.

Chacun peut héberger son Invidious ou son Nitter. Soit sur sa machine personnelle, soit sur un serveur auquel d’autres personnes vont pouvoir avoir accès.

Cette décentralisation est très utile :

Elle permet d’être difficilement attaquable.

S’il y avait 1 seul Invidious, Google aurait juste à le bloquer sur ses serveurs, où à l’attaquer en justice, et Invidious disparaîtrait à jamais.

Mais avec 10, 100, 1000, 10 000 Invidious, ça devient beaucoup plus compliqué à stopper.

Comme avec les sites pirate qui propose des films, de la musique, des livres :

S’il y en a 1 qui ferme il y en a 3 qui ouvre, et c’est sans compter les milliers qui existaient déjà avant.

Jusqu’ici le piratage était un combat entre les majors et les sites pirates. Aujourd’hui ça va être les Google, Facebook… contre les sites pirates.

Le nouveau piratage vient d’un constat :

Faire des alternatives à des sites sociaux c’est dur.

C’est comme vouloir créer Paris dans le Vercors.

T’auras beau répliquer la tour Eiffel, copier les immeubles, si tu as 10 personnes qui y vivent, ça ne marchera pas.

Il ne suffit pas de copier les fonctionnalités pour égaler un site social.

La richesse d’un site social, c’est toutes les personnes qu’il y a à l’intérieur et ce qu’elles y créent.

Regarde :

J’aimerais tellement avoir une alternative anonyme, sans collecte de données à Goodreads.

(Goodreads, c’est un site qui liste des livres, où les lecteurs peuvent laisser leurs avis sur leurs lectures, faire des listes de lecture etc…) (et ça appartient à Amazon)

Mais si je construis une alternative à Goodreads, ça ne sera pas Goodreads, ou mieux que Goodreads.

Je n’aurais pas tous les super avis des lecteurs.

Les milliers de listes de lecture aussi spécifique qu’improbables que les utilisateurs ont créés.

J’aurais créé Paris sans ces habitants à l’intérieur (du point de vue de certains, c’est plutôt un rêve, mais bon…)

Sauf que la richesse, c’est les habitants, et ce que créent les habitants.

L’infrastructure, c’est juste ce qui permet aux habitants de pouvoir s’épanouir et créer.

Si tu as juste l’infrastructure, il te manque la richesse des habitants.

Donc les nouveaux sites pirate c’est ça :

Des interfaces qui permettent d’accéder à la richesse des utilisateurs et de leurs créations sans être surveillé.

Le piratage actuel délivre du prix.

Le nouveau piratage délivre de la surveillance.

Je t’envoie 1 mail chaque matin à 9h,

pour te parler de création et échanger avec toi​ :)
(si tu veux en savoir un peu +, clic ici)

Tes données resteront privées et tu peux te désinscrire à tout moment.

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Floréal
4 mois

Il y a aussi des alternative qu’à titre personnel j’estime plus sérieuses. À chaque scandale twitterien, du coté de Mastodon on observe une nouvelle vague d’adhésion à Mastodon ou Pleroma qui doit compter aujourd’hui quelques millions ou dizaines de million de compte actifs sur tout le Fédivers (Mastodon + Pleroma).

Pour la musique tu as Funkwhale qui fonctionne aussi sur le même principe, tu peux suivre des librairies sur d’autres instances.

Pour la vidéo tu as peertube.

Pour les photos tu as pixelfed.

Pour les blogs tu as Writefreely ou Plume.

Tous ces logiciels fonctionnent et s’interconnectent grâce au protocole ActivitiPub (qui est un surensemble du protocole HTTP)

Je pense que la multiplicité des instances rend ces logiciels plus résilients là où des proxis comme nitter ou Invidious deviendront inutiles lorsque que les géants au pieds d’argiles tomberont.

Si tu veux consommer de la culture, tu as toujours popcorntime (oui c’est un logiciel de piratage qui va chercher sur les trackers torrent), comme alternative à Netflix.

molotov
4 mois

On pirate et on s’en branle…les patrons du CAC 40 ne paie pas d’impôt ni les riches…je vois pas pourquoi moi, le neuneu de bout de chaîne je devrais respecter un droit en carton qui est écrit pour m’opprimer.