Le problème n’est pas QUE Facebook, Google et la NSA

timbre

Salut,

Dans toute lutte on désigne des ennemies.

S’il y a une lutte c’est bien parce qu’il y a deux choses qui s’opposent.

Dans le domaine de la vie privée, on considère comme des ennemies les entreprises, et agence gouvernementale qui collecte massivement des données personnelles.

Mais on a surtout quelques ennemis bien identifiés.

Facebook, Google et la NSA

C’est un peu les têtes du non-respect de la vie privée.

Le danger quand on pointe du doigt quelques têtes qui sont responsables d’un acte, c’est qu’on passe souvent à côté du fond du problème.

Le problème n’est pas QUE Facebook, Google et la NSA.

Le problème, ce sont toutes les entités qui collectent massivement des données sur des personnes et qui construisent de la technologie propriétaire.

Et il y en a énormément.

Nos sociétés humaines sont énormément construites sur de la technologie numérique.

Et le stade actuel de la technologie numérique, c’est quelque chose de propriétaire, pas du tout transparent, qui collecte beaucoup de données.

Donne-moi au hasard des produits qui fonctionnent avec internet et je suis sûr que dans 99% des cas je trouverais un problème qui s’oppose à la liberté.

  • Les consoles de jeux fonctionnent avec internet.
  • Les liseuses fonctionnent avec internet.
  • Ton service de streaming musical fonctionne avec internet.

Et tous ces produits collectent des données sur toi et ne sont pas libre ou même transparent dans leur fonctionnement.

On a tendance à l’oublier avec ce genre de produit, parce que la connexion internet n’est pas vraiment visible.

Mais la connexion est bien là, donc les possibilités de collecter des données sur toi aussi.

C’est pour ça qu’il faut une technologie libre.

Parce que notre société et nous individuellement, utilisons énormément la technologie.

Nos loisirs, notre organisation etc… fonctionne avec du code.

C’est pour ça qu’il faut absolument qu’il soit libre.

Qu’on puisse le consulter, le copier, le modifier et le partager.

Le problème, ce n’est pas QUE Facebook, Google et la NSA.

Le problème, c’est l’état actuel de la technologie :

Fermé et opaque.

Impossible de vérifier, ou d’améliorer.

On doit vivre de la manière dont le créateur a choisi qu’on devait vivre.

Point.

Si tu as quelque chose à me dire, sache que tu peux toujours répondre à ce mail, je recevrais ton message directement dans ma boite de réception 🙂

Je t’envoie 1 mail chaque matin à 9h,

pour te parler de création et échanger avec toi​ :)
(si tu veux en savoir un peu +, clic ici)

Tes données resteront privées et tu peux te désinscrire à tout moment.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Peut-être
4 mois

Le problème ne serait-il pas un peu, aussi, les usagers? Beaucoup ne sont pas choqués par cette situation. Et plus encore n’en ont pas conscience, parmi lesquels une vaste majorité s’en fiche. La démission a commencé bien avant internet, il y a 30 ou 40 ans, quand on nous a fait croire que “There is no alternative”. Les géants du numérique ne font que rafler la mise rendue disponible par l’infantilisation massive du “peuple”. Et les exceptions, hélas, n’y suffisent pas encore.

Albert
4 mois
Reply to  Orel Auwen

Bonjour,

Il n’y a pas besoin d’être un expert pour se doter d’un minimum de compréhension de notre environnement (tout le monde peut comprendre qu’une pomme est bien meilleure qu’un sac de chips). « peut-être » n’a pas tort même si à mon avis, la cause de cette démission est à trouver dans la façon dont on vend l’informatique, c’est-à-dire en tant que commodité.

Ainsi la novlangue marketing est venue à la rescousse pour « dégeekfier » le bastringue et le rendre sympathique : les logiciels deviennent des applications, l’informatique devient le numérique et le nano ordinateur de poche reste un banal téléphone évolué, le tout pouvant flotter allègrement dans les nuages.

Or, le problème est qu’un ordinateur, qui plus est en réseau, est franchement moins anodin qu’un meuble ikea ou un frigo (non connecté).